La rosière est une jeune fille qu’on récompense pour sa réputation vertueuse depuis la fin du Vème  siècle. En effet, selon la légende, cette élection a été instituée à Salency (60) par Saint Médard dont la sœur, Sainte Médrine, aurait été la première « rosière » (selon Wikipedia).
     
Cette fête consiste en la remise d’une couronne de roses à la jeune fille dont la conduite irréprochable, la vertu, la piété et la modestie ont marqué le village.
Au XIXe siècle, pour fêter son accession au trône puis la victoire d'Austerlitz, Napoléon décrète que des jeunes filles pauvres et vertueuses seront dotées par l'État et mariées. En 1810, pour fêter ses noces avec Marie-Louise d'Autriche, l'empereur ordonne que, dans tout le pays, 6 000 militaires soient mariés avec ces jeunes filles de bonne moralité.
Cette tradition s’est perpétuée jusqu’à nos jours, chaque année à l’époque de la Pentecôte, dans plusieurs villages.

A Guiseniers, l’histoire de la rosière a commencé avec le testament de M Heude Charles, le 21 février 1890. Il fit un don à la commune de 50 francs afin d’offrir chaque année une récompense à une jeune fille.
La rosière était élue par le Conseil municipal; puis elle choisissait 2 dauphines parmi les autres jeunes filles du village.

A sa création la journée de la rosière commençait par une bénédiction en l’Eglise Saint Denis. Suivait « l’aubade de la rosière » donnée par les pompiers du village. Enfin avait lieu la remise d’une couronne de roses par le maire.
 
Cette tradition, à Guiseniers, s’est éteinte en 2003.

Voir les noms des Rosières en cliquant sur le fichier (Powerpoint) en annexe après les photos