Guiseniers dépendait au VIIe siècle de l'abbaye de Fontenelle (fondée en 650) qui devint ensuite l'abbaye de Saint-Wandrille.
Le patronage de l'église en fut cédé en 980 à l'abbaye de Jumièges dont elle dépendit jusqu'à la Révolution Française. Jumièges fut, à Guiseniers, la bénéficiaire de nombreuses libéralités en terres et rentes de la part des barons du duc de Normandie au XIe siècle ; elle s'enrichit au temps de Roger Thorel (dans le tout début des années 1200), qui passa des accords avec les religieux de Jumièges et le chapitre de la cathédrale de Rouen.
En 1147, le Pape Eugène III confirme à l’Abbaye la possession de cette église baptisée dans le texte « S. Dionysi de Gifiniaco ». L’Abbaye dispose également de la chapelle de La Bucaille d’abord nommée St Jean puis St Nicolas. Cette double possession est confirmée par la suite par les Papes Alexandre III en 1163 et Clément VI en 1344.
Il s’agit là, pour l’église St Denis, de la première église qui fut presque entièrement reconstruite en pierres de taille dans la première moitié du XVIème siècle. Mais on peut voir encore quelques vestiges de cette première église au niveau du transept, des voûtes du bas-côté nord et des deux contreforts de la façade ouest.

Photos : Guy Riboreau (copyright)

Façade ouest






L’église actuelle comprend un chœur à trois pans, un transept et une nef à deux bas-côtés (qui n’existaient pas dans l’église primitive). Le portail ouest date de 1842 les voûtes du chœur ont été reconstruites en 1875, celles de la nef et du bas côté sud de 1879 à 1882.
Le clocher carré en charpente à flèche octogonale est à la croisée du transept. Il abrite 3 cloches.






Sur la plus grosse il est écrit:
En l’an 1646 j’ai été nommée Louise par Me Pierre de Malvende Chever Sr de la Bucaille et Guizenis en partie & autres lieux et par Damoiselle Louise des Essards fille de Mesre Pierre des Essarts Chever Seigneur de Guizenis la Bucaille en partie & autres lieux Me d’hostel de son Altesse Royale & Lieutenant Colonel d’un régiment entretenu par sa Magesté eut refondu à la diligence de noble Jean Lemercier Pr du Roy en l’élection d’Andelys Vernon & Gournay & Robert Thiberge pour lors trésorier.
N. Buret me fit. J’ai été bénite par Monseigneur Pierre Séfrie Pbre Curé de ce lieu doyen de Baudemont, M  M   LIOT Curé 1781










Sur la moyenne il est écrit :
J’ai été donnée à l’Eglise de St Denis Guiseniers par Mr Emmanuel Lecoq prêtre docteur de la faculté de médecine de Paris et curé de Guiseniers.
J’ai été nommée Suzanne par Melle Suzanne Pantin fille de Mr Ste Marie Pantin Maire de Guiseniers et par Mr Charles Fleury cultivateur fils de Mr Fleury Adjoint du Maire de Guiseniers.
J’ai été bénite par Mr l’Abbé Fremont curé archiprêtre des Andelys Eure le 17 octobre 1894.


Sur la plus petite (ci-dessus) il est écrit :

J’ai été nommée Françoise par Mme Françoise Larcher de Guermont épouse de Mr Jacques Hébert Chevalier de la Légion d’Honneur ancien Maire du 2ème arrondissement de Paris propriétaire de la ferme de la Bucaille et par Mr Virgile Hébert son fils ingénieur et propriétaire à la Bucaille de Guiseniers.
J’ai été acquise avec le produit d’une loterie faite par Mr l’Abbé Lecoq docteur en médecine de la Faculté de Paris et curé de Guiseniers Mr Michel Pantin étant Maire et après lui Mr Louis Fleury.
J’ai été bénite en 1882 par Mgr illustrissime et réverendissime François Grolleau Evéque d’Evreux assisté de Mr l’Abbé Lecoq.






Le dessous de la petite cloche





Les heures sont sonnées par ce marteau frappant la cloche moyenne



Les sonneries sont actionnées par des moteurs électriques et un système de basculement de la cloche



 
 

         Tourelle d'accès au clocher



       Inscription sur le mur de l'escalier : "Piccolo Mimi"

   

Charpente du clocher








Le chœur et ses vitraux contant la vie de Saint Denis

     St Denis, converti      /    St Denis renverse    /   Le martyre de St Denis
     est sacré évêque      /     les idoles et prêche
     par St Paul               /     son peuple





Un fragment de vitrail ancien (fin XVIème, début XVIIème ?) se trouve dans la partie ouest du bas-côté sud :




La nef



Saint Martin partageant son manteau




Vierge polychrome du XVème siècle




A l'extérieur, un bandeau sculpté, au dessus de la petite porte, est surmonté d'une petite statue de Sainte Anne